Tilottama & moi

 

 Tilottama

 

 

Une graine, un prénom, un mythe, une nymphe, une formule magique…

 

Dans le roman de Chitra Banerjee Divakaruni, La maîtresse des épices, l’héroïne s’appelle Tilo, diminutif de Tilottama, un prénom que j’aime pour son sens et sa sonorité.

Tilo est une maîtresse des épices, une guérisseuse, une sorcière. J’aime beaucoup les sorcières, les potions magiques, les épices, les plantes et leurs pouvoirs…

« Non. Il y autre chose qui est à moi. Mon nom : Tilo, le diminutif de Tilottama, car je porte le nom de la graine de sésame brunie au soleil, l’épice qui restaure les forces. »

(Extrait du roman de C. Banerjee Divakaruni, la Maîtresse des épices, édition Philippe Picquier poche, 2002, p. 13-14)

Selon l’étymologie sanskrite (ce que l’on pourrait désigner comme l’équivalent du latin pour l’Inde), Tila est le mot pour « graine de sésame » et uttama signifie « mieux » ou « plus »; Tilottama signifie l’être dont la plus petite particule est la plus belle, ou l’être qui possède les plus belles et les plus prestigieuses qualités.

Tilottama est aussi le nom d’une nymphe, d’une apsara, dans la mythologie hindoue. Elle est connue pour sa grande beauté. D’après l’épopée du Mahabharata, Tilottama aurait été créée par l’architecte des dieux, Vishvarkarman, à la demande de Brahma, pour détruire deux frères, deux démons, Sunda et Upasunda. Tombés sous le charme de la belle Tilottama, les deux démons vont jusqu’à s’entretuer.

J’ai retrouvé Tilottama au Cambodge enfin, pas exactement… Son histoire est illustrée sur un fronton du temple de Banteay Srei aujourd’hui conservé au musée Guimet à Paris.

Un sésame c’est aussi une formule magique, un moyen infaillible pour accéder à quelque chose, se faire ouvrir toutes les portes.

Tilottama, c’est tout un mélange de tout ça.