Missing girls



L’art au service d’une cause majeure: la disparition des filles en Inde

Une campagne de sensibilisation contre le trafic humain. 3 millions de filles disparaissent chaque année, victimes de trafic, trafic sexuel en particulier.

La première fois que j’ai vu la silhouette noire d’une fillette sur un mur de Calcutta, c’était sur South Avenue, à peine deux jours après mon arrivée dans la ville.

J’ai immédiatement été happée par le graphisme, la couleur et le numéro qui accompagnait la silhouette. J’ai compris le propos de l’image, la disparition des fillettes mais j’ignorais alors que ces figures s’inséraient dans un projet, Missing Girls, initié par l’artiste Leela Kejriwal. En sillonnant la ville, j’en ai trouvé d’autres et c’est comme ça que j’ai fait des recherches sur le sujet.

http://www.savemissinggirls.com/

Ce projet engagé, qui consiste à peindre au pochoir des silhouettes de fillettes, cherche à sensibiliser les gens du fléau qui sévit en Inde, mais aussi dans le monde entier. Des étudiantes, des membres d’ONG (Apne Aap ou encore Hamari Muskan), tout un collectif, laissent des traces, des réflexions, sur les murs de la ville de Calcutta.

3 jours…c’est le temps qu’il faut à une fillette pour disparaître définitivement…



Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *