Amby – Une icône indienne devenue française



Amby  

Une icône indienne devenue française

Alors qu’elle disparaît progressivement du paysage indien, à Calcutta, je la vois quasiment à tous les coins de rue.

Je me souviens de mes premières années dans le Sud de l’Inde où l’Ambassador était généralement de couleur blanche, la couleur des voitures des fonctions officielles, celles du gouvernement, considérée également comme la couleur la plus somptueuse…Dans les années 2000, c’était surtout une des voitures les moins chères à la location et sa capacité à absorber les bagages était et reste toujours impressionnante, ses suspensions aussi !

Carte d’identité d’Amby 

Véritable déesse, elle est née (ou presque) dans les usines Hindustan Motors à Uttarpara, situées dans les environs de Calcutta, en 1958. Son modèle est inspiré de la Morris Oxford serie III crée par Morris Motors (produite entre 1956 – 1959) dans la région d’Oxford, en Grande Bretagne.

Depuis sa création, 1958, 7 générations d’Ambassador ont vu le jour et environ 600 000 exemplaires ont été vendus. Hindustan Motors, qui fait partie du groupe CK Birla, a stoppé la production en 2014, cette année-là seules 2200 voitures sont sorties des usines, l’annonce d’une mort imminente…

Hindustan Motors a finalement vendu la belle Amby, la marque Ambassador, à PSA, Peugeot en février 2017 pour seulement 11 millions d’euros !

Retour en arrière

Quand l’Ambassador sort des usines Hindustan Motors en 1958, le gouvernement indien, très protectionniste, applique des droits de douanes dissuasifs, décourageant ainsi les importations de véhicules étrangers et offrant une route pavée d’or à l’Ambassador d’Hindustan Motors.

Sa seule véritable concurrente sera la Premier Padmini, une Fiat 1100-103D, apparue en 1953 en Italie et fabriquée sous licence par l’indien PAL à partir de 1973. Malgré son succès, elle n’égalera jamais la belle Amby, la voiture vintage si populaire dans le cœur des indiens.

Durant son existence, cette voiture aura connu, dans l’ensemble, assez peu d’évolution. Excepté quelques nouveautés dans la calandre et les phares, les changements majeurs sont essentiellement structurels, internes, imperceptibles de l’extérieur : une direction assistée, la climatisation, des freins à disques, un moteur essence d’origine japonaise ou encore un petit moteur diesel.

La couleur de la voiture officielle reste le blanc, considérée la plus chic.

Pour les taxis, elle est surtout jaune avec des bandes bleues ou encore noire avec des bandes vertes, les couleurs les plus fréquentes bien qu’il existe quelques variations. Sur les portes, vous pourrez lire: No Refusal…ce qui me fait doucement sourire. Les autorités ont demandé aux chauffeurs de taxi de le mentionner sur leur véhicule et d’agir en conséquence. Évidemment, dans la réalité, les choses se passent souvent autrement. Quand vous héler un taxi, vous n’êtes jamais certains que celui-ci va vous prendre. Pourquoi ? Et bien parce que c’est l’heure des embouteillages dans le secteur où vous souhaitez vous rendre, parce qu’il préfère couvrir un secteur plutôt qu’un autre, ou tout simplement parce qu’il n’a pas envie…Un autre point à noter c’est la présence des compteurs, les taxis ambassador ont tous un petit compteur, comme les auto-rickshaws…mais c’est pareil, ça fonctionne quand ils veulent bien. Parfois, le compteur était tellement vieux qu’il est véritablement hors d’usage mais bien souvent, ils en profitent pour fixer des prix faramineux…C’est alors qu’il faut marchander habilement et ça peut devenir assez vite fatiguant quand vous vivez dans les grandes villes indiennes et que vous dépendez des taxis pour vous déplacer. Autres caractéristiques qui apparaissent sur la carrosserie : le numéro d’enregistrement, sait-on jamais, ça peut être utile, et la mention AC/ ou non- AC, la voiture est climatisée ou pas. Quand je vois l’état de la plupart des taxis, j’ai peine à croire que la climatisation fonctionne encore et si c’est le cas je préfèrerais carrément éviter de la mettre car elle n’a certainement jamais été nettoyée de toute sa vie…

 

La voiture familiale arbore toutes sortes de couleurs, du rouge au rose bonbon en passant par la couleur or et argent…en revanche, elle est unie.

version or

Si la voiture a finalement peu changé avec les années, en revanche, son usage a connu une évolution plus palpable. Sortie d’usine, elle s’impose comme la voiture de l’élite indienne, celle des célébrités, des hauts fonctionnes, des membres du gouvernement. Tout le monde la veut…C’est également une icône du cinéma indien!

Un lal batti (un phare/gyrophare rouge) sur le toit, l’Ambassador revendique sa fonction officielle : « We are still the driving force of the real learders ». Vous ajoutez un petit drapeau et le tour est joué!

Par la suite, elle deviendra le taxi indien par excellence, Elle se décline en rouge, en jaune ou en noir, elle fait totalement partie du paysage avant de devenir LA voiture familiale, « The big size family car ».

Star adulée des années 60 et 70, dans les années 90, elle est populairement et affectueusement rebaptisée « Amby », une manière d’attirer les jeunes générations. Avec l’ouverture du marché à la concurrence et l’arrivée de nouvelles voitures, l’Ambassador devient alors celle que certains appellent « la vache sacrée des routes indiennes », elle est alors raillée par ceux qui auparavant l’adulaient.

Aujourd’hui

Le symbole de la post indépendance, l’icône de tout un pays, qui a serré les dents lorsque la production s’est arrêtée, l’Ambassador fait aujourd’hui face à une nouvelle concurrence, celles des nouveaux services de taxi, notamment Ola et Uber, ou encore la croissance rapide des propriétaires de taxi indépendants qui se taillent une belle part du marché.

Pour les nostalgiques d’Amby, comme moi, je conseille un petit séjour à Calcutta, où elle reste encore une star sur les routes de la capitale du West Bengale.

La blanche familiale
La classique, blanche
Bleu clair métalisé...
version argent


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *